06292017Headline:

Les niveaux de paix mondiale se sont globalement améliorés en 2017, en dépit d’une notable détérioration aux États-Unis et des troubles politiques en Europe

Jun 1, 2017 - (Newswire)

-

  • 93 pays ont enregistré des améliorations en termes de paix l'année dernière, tandis que 68 se sont détériorés
  • Les turbulences politiques aux États-Unis ont conduit à ce que l'Amérique du Nord connaisse une détérioration plus grande que toute autre région au monde en termes de paix
  • Plusieurs pays européens ont enregistré une détérioration des niveaux de paix positive qui coïncident avec l'attrait électoral significatif que gagnent des partis politiques populistes
  • L'impact économique mondial de la violence s'est élevé au total à 14 300 milliards $, soit 12,6 % du PIB mondial, et est beaucoup plus important dans les pays moins pacifiques, coûtant l'équivalent de 37 % du PIB dans les 10 pays les moins pacifiques au monde
  • L'Islande est arrivée en tête de liste en tant que pays le plus paisible au monde, suivi par la Nouvelle-Zélande et le Portugal, qui ont remplacé le Danemark et l'Autriche
  • La Syrie s'est classée comme pays le moins pacifique pour la cinquième année consécutive, suivie par l'Afghanistan, l'Iraq, le Soudan du Sud et le Yémen qui complètent la liste des cinq premiers
  • En dépit des améliorations générales, le nombre de pays qui connaissent un nombre record de morts à cause du terrorisme fait un bond pour se classer au nombre de 23, dont le Danemark, la Suède, la France et la Turquie

Le monde est devenu un lieu plus paisible en 2017, selon des chiffres fournis aujourd'hui dans le Global Peace Index (GPI, soit Indice mondial de la paix) annuel. Depuis l'année dernière, 93 pays ont enregistré de plus hauts niveaux de paix alors que 68 se sont détériorés, ce qui a entraîné une amélioration de la paix dans le monde. L'amélioration a été majoritairement due aux plus bas niveaux de terreur menée par les états - meurtres extrajudiciaires et torture - et le retrait préalable des troupes d'Afghanistan.

La 11e édition de l'indice, publiée par un groupe de réflexion international, Institute for Economics and Peace (IEP), saisit l'impact de la polarisation politique aux États-Unis, qui provient des élections présidentielles clivantes de 2016. Malgré des améliorations au Canada, l'intensité croissante du conflit interne, un terrorisme en hausse et de plus grandes perceptions de la criminalité ont vu les États-Unis chuter de 11 places pour se classer à la 114e, ce qui a entraîné l'Amérique du Nord à enregistrer la plus forte baisse que toute autre région.

Steve Killelea, fondateur et président exécutif de l'IEP a commenté : « Tandis qu'il faudra des années pour réaliser pleinement la véritable portée d'une telle polarité politique, son influence perturbatrice est déjà évidente. Des conditions sous-jacentes à la montée des inégalités, la perception croissante de la corruption et un déclin des libertés de la presse ont toutes contribué à cette détérioration aux États-Unis et ont conduit à un déclin global de la paix en Amérique du Nord. »

La rapport analyse également la montée du populisme à travers le prisme de la paix positive - une mesure des attitudes, des structures et des institutions qui soutiennent la paix. La forte augmentation du support apporté aux partis populistes au cours de la dernière décennie correspond étroitement à des détériorations de la paix positive, quelques-unes des plus grandes chutes étant enregistrées en Italie, en France et en Espagne.

Steve Killelea a poursuivi : « Le rôle croissant des partis populistes dans la politique européenne dominante se reflète dans un contexte de détérioration de la paix positive, en particulier en termes de défis permanents à la libre circulation de l'information, de niveaux de corruption et d'acceptation des droits des autres. Sans aborder ces facteurs sous-jacents de la paix, il ne sera pas possible de construire des sociétés plus pacifiques ».

Bien que le nombre mondial de décès dus au terrorisme ait baissé de 10 % entre 2014 et 2015, le nombre de pays qui ont connu des niveaux de terrorisme historiquement élevés a atteint un sommet jamais vu dans le rapport de cette année en se chiffrant à 23, et incluant le Danemark, la Suède, la France et la Turquie. L'Europe a été fortement touchée, les attentats majeurs en France ayant vu le pays tomber de cinq places dans le classement général pour figurer à la 51e. L'impact d'autres attentants, comme ceux de Bruxelles et de Londres, était également évident, bien que l'attaque plus récente de Manchester ne soit pas encore reflétée dans ces chiffres. Dans l'ensemble, les augmentations les plus importantes des décès dus au terrorisme ont eu lieu dans les pays de l'OCDE, qui ont collectivement enregistré une augmentation de plus de 900 % entre 2007 et 2016.

L'IEP estime que l'impact global de la violence aurait été de 12,6 % du PIB mondial en 2016, soit 14 300 milliards $. Bien que le chiffre de 1 953 $ par habitant de la planète soit extrêmement élevé, cela représente une légère baisse (3 %) par rapport à 2015 et la première réduction depuis 2011 - l'année qui correspond au début de la guerre en Syrie. En moyenne, les conflits violents représentent 37 % du PIB dans les dix pays les moins pacifiques, contre seulement 3 % pour les dix pays les plus pacifiques. La Syrie reste le pays le moins pacifique pour la cinquième année consécutive, après avoir chuté de 64 places depuis le début de l'indice - le plus grand déclin de la dernière décennie.

L'Islande a maintenu sa position de pays le plus pacifique du monde, un titre qu'elle conserve depuis 2008, alors que la Nouvelle-Zélande et le Portugal remplacent le Danemark et l'Autriche en deuxième et troisième position. La montée notable du Portugal à la troisième place dans le classement général a été amorcée par une reprise régulière depuis sa crise budgétaire, ce qui a entraîné une stabilité interne globale plus grande pour le pays qui était classé au 16e rang il y a moins de cinq ans.

Steve Killelea a conclu : « Bien que le léger redressement de cette année soit rassurant, le monde est encore confronté à des conflits au Moyen-Orient, à des troubles politiques aux États-Unis, aux flux de réfugiés et au terrorisme en Europe. Lorsque cela est allié au niveau croissant des inégalités en termes de paix, où les pays les moins en paix s'éloignent des plus pacifiques, le scénario qui en résulte est celui dans lequel de nouvelles améliorations de la paix ne sont pas garanties ».

CLASSEMENT RÉGIONAL + FAITS MARQUANTS

Six des neuf régions sont devenues plus pacifiques, les plus grandes améliorations étant enregistrées en Amérique du Sud. L'Europe a conservé sa position de région la plus pacifique, tandis que la région Moyen-Orient, Afrique du Nord (MENA) est restée la plus violente.

  1. Les pays européens ont occupé huit des dix premières places, ce qui fait du continent la région la plus pacifique au monde, malgré les niveaux record de terrorisme dans un certain nombre de pays. Les progrès ont été menés en partie par une reprise économique constante qui a renforcé les scores pour des indicateurs tels que la probabilité de manifestations violentes. La Pologne a vu la plus grande détérioration au fur et à mesure que les protestations entraînées par les tensions politiques se sont accentuées. Plus largement, le Sud-est de l'Europe a connu un déclin généralisé alors qu'une proéminente rhétorique nationaliste a mené à la détérioration des relations entre pays voisins, comme la Bosnie-Herzégovine et la Croatie. Au Royaume-Uni, l'incertitude politique créée par le Brexit a eu peu d'impact suite à la nomination d'un nouveau Premier ministre, qui a agi comme un contrepoids stabilisant.
  2. Le score global du GPI en Amérique du Nord a baissé en 2016, mais le continent a gardé sa place comme deuxième région la plus pacifique. Les États-Unis ont connu un déclin significatif, qui contraste avec les améliorations du Canada qui hissent le pays à la huitième place du GPI. Le niveau des indicateurs de conflits externes et d'exportation d'armes ont joué un rôle important dans l'amélioration du Canada, en dépit de l'augmentation du taux d'incarcération et de l'impact du terrorisme.
  3. La plupart des pays de la région Asie-Pacifique ont connu des améliorations dans leurs scores globaux, la Nouvelle-Zélande, le Japon et l'Australie étant parmi les plus pacifiques à l'échelle du globe, alors que les Philippines et la Corée du Nord restent dans les moins pacifiques. La diminution de la volatilité politique au Cambodge l'année dernière s'est traduite par un progrès plus important que tout autre pays de la région.
  4. L'Amérique du Sud a réalisé la plus grande amélioration régionale dans l'indice de cette année, dépassant l'Amérique centrale et les Caraïbes en tant que quatrième région la plus pacifique. Cette amélioration a été menée par les progrès réalisés en Guyana et en Argentine. Classé 24e dans l'indice, le Chili est le pays le plus pacifique de la région, tandis que la Colombie est restée le pays le moins pacifique de la région en dépit de la ratification de l'accord de paix entre le gouvernement et les FARC.
  5. L'Amérique centrale et les Caraïbes sont descendues d'une place depuis l'année dernière, cinq des 12 pays de la région ayant connu des détériorations de la paix. Le pays le plus violent de la région, le Mexique, a vu le déclin le plus substantiel en raison de la détérioration des relations avec les États-Unis, tandis que le Costa-Rica, classé à la 34eplace du GPI, a obtenu les meilleurs résultats de la région, malgré une légère détérioration
  6. Le score moyen de l'Afrique sub-saharienne est tombé cette année, avec la plus grande détérioration en Éthiopie. L'état d'urgence de six mois imposé par le gouvernement a été reflété dans les indicateurs de conflit national, en raison de tensions ethniques croissantes et de la violence répandue qui émane des protestations publiques. La République centrafricaine a enregistré les plus grandes améliorations dans la région et à l'échelle mondiale, le pays continuant à se relever d'une vague de violence intercommunautaire. Pendant ce temps-là, la Sierra Leone et la Guinée, qui se sont remises de l'épidémie d'Ébola de 2014, ont aussi enregistré des améliorations dans leur niveau général de paix.
  7. La plupart des pays d'Eurasie et la Russie ont enregistré des améliorations du GPI en 2017, mais la région conserve le troisième plus bas score régional. La Moldavie, le Kazakhstan et la Géorgie sont les régions les plus pacifiques de la région, et, malgré de légères améliorations en termes de tranquillité générale, l'Azerbaïdjan, la Russie et l'Ukraine sont les trois moins pacifiques.
  8. L'Asie du Sud accueille certains des pays aussi paisibles que le Bouthan (classé au 13e rang global), mais aussi certains des pays les moins paisibles au monde comme le Pakistan (152e) et l'Afghanistan (162e). Les scores du Sri Lanka et du Pakistan se sont améliorés cette année, tandis que les seules détériorations (quoique modérées) ont été enregistrées au Népal et en Afghanistan. Au Népal, un haut niveau d'instabilité politique est en partie responsable de la lente progression des efforts de reconstruction, après le tremblement de terre dévastateur de 2015, tandis que le score global de l'Afghanistan s'est détérioré pour la sixième année consécutive tandis que l'hostilité générale continue à augmenter.
  9. La région MENA (Moyen-Orient, Afrique du Nord) a enregistré une plus grande détérioration de son score global en 2017, en raison d'une instabilité régionale exacerbée par les intenses rivalités entre l'Iran chiite et les monarchies arabes sunnites du Golfe, avec l'Arabie Saoudite au premier plan. Cela dit, près de la moitié des pays ont rabaissé la tendance négative générale dans la région en réussissant une amélioration de leur score général. Le Maroc continue à bénéficier d'un plus grand degré de stabilité politique et sociale, tandis que les tensions entre le Qatar et certains pays arabes du Golfe se sont relâchées. Le score global de l'Iran s'est aussi amélioré suite à une forte participation aux élections du début 2016, ce qui se reflète par une réduction de l'instabilité politique et la probabilité de manifestations violentes.

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur www.visionofhumanity.org.

AVIS AUX RÉDACTEURS EN CHEF

Le rapport GPI, une vidéo et des cartes interactives sont disponibles sur : www.visionofhumanity.org

Twitter : twitter.com/GlobPeaceIndex (#GPI2017)

Facebook : www.facebook.com/globalpeaceindex

À propos du Global Peace Index (GPI)

C'est la 11e édition du GPI : la meilleure mesure au monde de paix mondiale produite par l'Institute for Economics and Peace (IEP). Il mesure les conflits nationaux et internationaux en cours, la sûreté et la sécurité dans la société, ainsi que le degré de militarisation dans 163 pays et territoires en prenant en compte 23 indicateurs.

À propos de l'Institute for Economics and Peace

L'IEP est un groupe de réflexion international et indépendant qui se consacre au changement de l'accent mis par le monde sur la paix en tant que mesure positive, réalisable et tangible du bien-être et du progrès humain. Il possède des bureaux à Sydney, New York, La Hague et Mexico City.

Contacts mondiaux

Hill + Knowlton Strategies :

Metin Parlak Metin.Parlak@hkstrategies.com +44(0)20-7413-3338
Amanda Parmer Amanda.Parmer@hkstrategies.com +44(0)20-7413-3218


SOURCE Institute for Economics and Peace

Original Source: https://www.newswire.com/news/les-niveaux-de-paix-mondiale-se-sont-globalement-am-lior-s-en-2017-en-d-pit

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment